Avec les vagues de froid et le gel de printemps, les vignes sont sujettes à de très basses températures. Les gelées de printemps peuvent aller jusqu’à -9°C. Les vignes risquent de perdre leurs bourgeons et les viticulteurs risquent donc de perdre en production. Les récoltes peuvent être perdues car gelées. Voici donc quelques astuces pour lutter contre le gel des vignes, et espérer limiter les dégâts.

Grâce à ces belles photos, nous allons pouvoir voir comment les vignerons luttes contre le froid et la météo peu clémente.

 

Entre bourgeons et grand froid

Une arrivée précoce des bourgeons

Dès le mois de mars, nous avons pu voir les premiers bourgeons — qu’on appelle les yeux — de la vigne apparaître. Ces yeux apparaissent pendant l’hiver et sont protégés par mince pellicule ligneuse. La météo étant douce en cette fin d’hiver, ils sont sortis plus tôt que d’habitude.

Avec de bonnes conditions de température et d’humidité, la sève se remet à circuler faisant gonfler le bourgeon. C’est alors que la pellicule protectrice s’écarte pour laisser apparaître un duvet : on appelle ça « la bourre ». C’est le moment du « débourrement ».

Le bourgeon continue à gonfler et à s’allonger pour faire apparaître les premières feuilles entre fin avril et début mai : c’est ce qu’on appelle la « feuillaison ». Avec 10 à 15 jours d’avance sur la normale, les premières feuilles se sont formées et la météo s’est montrée beaucoup moins clémente…

bourgeons vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire

Grand froid : une gelée noire historique

De sévères gelées ont sévi dans de nombreux vignobles dont la Bourgogne et l’Indre-et-Loire et le froid a persisté pendant plusieurs jours. Jean-Michel Aubinel, président de la Confédération des appellations viticoles de Bourgogne s’est montré très inquiet de la situation : « C’est assez clairement une gelée historique, de l’ordre de celle de 1994, et peut-être de 1991 ».

Les premières intempéries se sont produites le 13 avril après-midi dans le sud du Mâconnais. Un orage de grêle historique pour de nombreuses raisons :

  1. La période de l’année,
  2. La durée d’une vingtaine de 20 minutes,
  3. L’intensité avec des grêlons allant jusqu’à deux centimètres de diamètre
  4. L’étendue avec plus de 2’500 hectares touchés

Dans les premiers villages touchés, les premières estimations font état de 80 à 100 % de bourgeons et de petites feuilles arrachés ou tailladés.

Quelques jours plus tard, deuxième coup dur pour les viticulteurs de la région. Le gel s’est installé dans la région avec un pic dans la nuit du 26 au 27 avril. Presque toute la région viticole bourguignonne a été touchée, seuls le Beaujolais et le Mâconnais ont été épargnés.

En moyenne, les températures ne sont pas descendues en dessous de – 3 degrés ce qui n’est pas une chose exceptionnelle. Seulement voilà, toutes les conditions étaient réunies pour rendre cette gelée désastreuse…

  1. Une humidité ambiante causée par la pluie, voire la neige des jours précédents,
  2. Une vigne fragile avec l’apparition des premières feuilles,
  3. Presque pas de vent,
  4. Et un fort rayonnement au lever du jour.

Heureusement, dans les prochaines semaines, des bourgeons secondaires vont certainement se développer, ce qui compensera certainement une partie des pertes constatées actuellement. La floraison est aussi une étape d’une grande importance, mais sans trop me mouiller je peux vous affirmer que les caves ne seront pas pleines pour le millésime 2016.

Les solutions des vignerons contre les intempéries

La lutte contre la grêle

Le canon antigrêle

Aucune étude n’ayant confirmé l’efficacité du canon antigrêle, je ne m’étendrais pas sur la question. Si vous souhaitez en apprendre plus sur cette méthode, un lien est disponible en bas de page.

Lire aussi -  Comment conserver son vin dans de bonnes conditions ?
canon grele vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire

Le filet pare-grêle

Depuis 2014, les filets pare-grêles sont expérimentés en bourgogne. Ces filets installés à l’année sont soulevés lorsque le vigneron souhaite intervenir sur la vigne. Une fois le filet positionné, les mailles fines évitent que les grêlons impactent les feuilles, les bourgeons ou les fruits. D’après les estimations, ce système est fiable à 90 %. Malheureusement, bien que cette solution montre des résultats importants, elle revêt aussi des inconvénients importants pour le vigneron.

filet vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire
 

Son coût d’installation varie entre 10’000 et 16’000 €/ha pour une durée de vie de 10 à 15 ans et des frais de fonctionnement de l’ordre de 300 €/ha/an. Ce système peut aussi rendre plus difficile le travail mécanique de la vigne.

Les assurances contre le froid

La dernière solution contre la grêle reste l’assurance. Malheureusement, en 2009, « Seulement 100.000 hectares de vignes sur 800.000 sont assurés contre la grêle en France », d’après le président du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer. Et la raison de ce désamour pour l’assurance est simple : le coût de l’assurance multirisque, est estimé à 2.600 €/ha/an n’est pas rentable en comparaison du coût lié à une éventuelle perte de 100 % de la récolte.

La lutte contre la gelée noire

De nombreuses techniques existent. Je vais vous présenter ici les deux principales et les plus impressionnantes. Il faut bien se rendre compte que le travail de vigneron n’a pas d’heures et nombreux d’entre eux ont veillé toute la nuit pour surveiller les vignes, car au moindre faux pas, c’est tout le vignoble qui peut être anéanti.

Les bougies pour réchauffer les vignes

Mais pourquoi foutent-ils le feu aux vignes ? — Un moyen pourtant évident pour lutter contre le froid est de réchauffer les vignes. Si une période de gelée noire est prévue dans les nuits à venir, le vigneron décide alors d’installer des bougies dans ses rangs de vignes. Composées de cire 100 % d’origine naturelle, elles ont une durée de vie d’environ 8 heures, et ont pour but de réchauffer l’air et le sol pour éviter aux bourgeons de geler.

feu vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire

L’eau pour lutter contre la gelée noire

Cette méthode peut surprendre, mais reste très efficace en période de grand froid. Les vignerons arrosent les vignes afin de limiter la baisse de la température à 0 degré. Cela peut sembler paradoxal, mais est très efficace pour protéger les vignes. Lorsque l’eau pulvérisée sur les vignes se transforme en glace, un dégagement de calories s’opère. Le cocon de glace qui se forme autour du bourgeon maintient alors la température interne à 0 degré alors que la température extérieure peut descendre à moins 4 degrés.

 
froid vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire
 

Pendant cette période de grand froid, le vigneron doit arroser jusqu’à ce que la glace fonde. Ce n’est qu’une fois la glace fondue, que le vigneron peut arrêter d’arroser ses vignes, car il faut que sans arrêt cette transformation d’eau en glace et ce dégagement de calories se fasse.

canon eau vignes blog vin beaux-vins oenologie gelée noire
 

Jean-Nicolas Mouretin

À lire aussi :

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions sur votre expérience en commentaire. Vous pouvez aussi suivre votre blog sur le vin avec Instagram.