Une médaille sur une bouteille de vin est-elle gage de qualité ? Une question souvent posée dont voici la réponse…

Il était une fois, une personne errant comme un zombie dans The Walking Dead dans le rayon « vins » d’une grande surface. Cette personne, c’est vous… Vous avez été invité par des amis et vous n’avez aucune idée du vin que vous devez prendre. Soudain, votre œil est ébloui par une lumière vive. Par réflexe, vous vous frottez les yeux comme pour vous assurer que vous n’êtes pas en train de rêver. Cette lueur dans la nuit des bouteilles, juste là devant vous, n’est pas une hallucination… C’est une médaille dorée. Comme un phare au milieu de la brume, ce macaron vous fait dire « Si ce vin a reçu une médaille, il est forcément bon ! »

vin vins beaux-vins blog oenologie dégustation médaille concours

 

Tout content de votre pépite vineuse, vous vous empressez de vous rendre chez vos amis. Soudain, une question vous frappe l’esprit « Ai-je fait le bon choix en prenant un vin avec une médaille ? ». Cette question a le mérite d’être posée ! Voici quelques explications et expériences notables pour vous faire votre idée.

Les concours, un business juteux

 
vin vins beaux-vins blog oenologie dégustation médaille concours business argent
 

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, il est important de rappeler que les concours de vins sont loin d’être des entreprises philanthropiques. La plupart des concours ont un modèle plutôt simple. Le vigneron inscrit une ou plusieurs de ses cuvées. Il doit alors s’acquitter d’un droit d’entrée, souvent par cuvée, ainsi que de l’envoi d’échantillons. Sans oublier que si le vin obtient son sésame, le vigneron devra payer pour obtenir un lot d’étiquettes.

– Jean-Michel Rageux calme toi ! Je sais que tu connais une association sérieuse à Vierzon-le-Bourbeux où le concours est gratuit – .

Pour écrire cet article, j’ai eu l’occasion de discuter avec une sommelière que nous nommerons Agathe. Agathe rêvait de participer en tant que dégustatrice à ce genre de concours. Elle était enjouée, car elle trouva un concours réservé aux femmes travaillant dans le monde du vin (organisé toutefois par un homme).

– En écrivant ça, l’idée me vient de créer un concours hoministe pour voir combien de temps mettra une association féministe pour me tomber dessus avec un procès… – .

À son retour Agathe était déçue… Pourquoi me demanderez-vous? Elle avait appris que pour participer au concours, le vigneron devait s’acquitter d’un droit d’entrée de 112,50 € par vin proposé. Puis, si le vin était récompensé, il devait payer 75 € (prix dégressif en fonction de la quantité) et les frais de port pour apposer ses médailles. Sachant que cet évènement rassemble 4’550 vins, cette opération permet de se faire un peu d’argent.

Ce business est tellement juteux que le nombre de concours a explosé. Alors qu’en 2013, la DGCCRF ne certifiait que six événements, ils sont plus de 130 en 2016. Bernard Delaye, le président du concours de Mâcon évoquant même le chiffre faramineux de 200 concours !

De la difficulté de perdre à un concours de vin

 

Les concours français et le concours mondial de Bruxelles suivent les normes de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). « La somme de toutes les récompenses, attribuées aux échantillons ayant obtenu les meilleurs résultats, ne doit pas dépasser 30 % du total des échantillons présentés au concours. » Compter une chance sur deux d’obtenir une médaille au concours anglo-saxon International Wine Challenge, entre 67 et 71 % pour le concours Decanter et près de deux chances sur trois pour The Drink Business.

Autant mettre des mots simples sur un long discours : même avec la meilleure volonté du monde, il est plus difficile de ne pas obtenir de médaille que l’inverse. Ces concours ressemblent plus au cross organisé par votre village natal qu’aux Jeux olympiques…

Il faut aussi bien comprendre que le système est un peu biaisé, car fonctionnant par quotas : un nombre de médailles sont à décerner, quel que soit le nombre de participants. Le concours de Gilbert et Gaillard, par exemple, récompense 25 – 30 % des échantillons. Résultat, ce n’est pas forcément parce que le vin est bon qu’il a une médaille, mais plutôt parce qu’il était moins mauvais que les autres…

Dites « bonjour Standardisation »

 
vin vins beaux-vins blog oenologie dégustation médaille concours standardisation
 

Les vins primés lors de concours sont souvent des vins provenant de grandes structures produisant de grandes quantités de vins : négoces et caves coopératives en tête. Ce sont des vins dédiés à la grande distribution, là où le consommateur n’a pas de conseils et où il est important d’attirer le regard du consommateur. On retrouve rarement un grand cru ou un petit vin avec de la personnalité ayant une médaille collée sur la bouteille. De plus, on peut constater que les vins médaillés coûtent en moyenne entre 3 et 15 € (la tranche parfaite pour le consommateur).

Lire aussi -  Vin : Pourquoi y a-t-il du dépôt dans mon verre ?

Les médailles décernées par des dégustateurs de renoms ne sont pas en restes ; l’effet Parker en est le meilleur exemple. En voulant faciliter l’accès des vins bordelais aux Américains, Robert Parker a créé un empire autour de ses notes sur 100 points. À tel point que bon nombre de vignerons ont changé radicalement le style de leur vin pour qu’il colle aux goûts de Robert Parker.

Le mensonge de la dégustation aux concours

 
vin vins beaux-vins blog oenologie dégustation médaille concours manipulation
 

Pour perdurer, un concours se doit d’avoir une bonne image auprès… des vignerons. C’est eux qui payent pour obtenir une médaille. Donc le concours se doit de récompenser les participants pour qu’ils reviennent.

Une autre personne contactée dans le cadre de cet article, que l’on nommera Franck, a lui aussi participé à un concours prestigieux. Fils de vigneron, il était aisé pour Franck d’y participer. Bien que les vins soient dégustés à l’aveugle, il eut une conversation avec un membre du jury quelques minutes avant la dégustation. Il lui annonça qu’il serait bon de bien noter les vins Nº 4 et Nº 7… C’est le principe du bon deal entre amis. Cette année, on récompense les vins d’un vigneron puis l’année suivante d’un autre et tout le monde est gagnant à la fin… sauf le consommateur.

Durant mes recherches, j’ai aussi constaté que des voix s’élevaient contre de possibles fraudes. C’est le cas par exemple d’un vigneron ayant envoyé des échantillons pour un concours pour lequel il avait reçu des médailles… avant de découvrir plus tard par la poste que ses échantillons n’étaient jamais arrivé à destination.

En 2016, le château de Corbiac a fait annuler les résultats du palmarès 2014. « Le résultat du 123 ème Concours Général Agricole des vins de Pécharmant, publié le 22 février 2014, a été pris à la suite d’une procédure irrégulière et doit être annulé » tranche le Tribunal Administratif de Bordeaux, dans un arrêt rendu ce 30 novembre. Les plaignants mettent en cause l’impartialité du jury ayant réalisé la présélection régionale de l’appellation Pécharmant en 2014. Etape qui a recalé les deux échantillons du Château de Corbiac inscrits fin 2013, qui n’ont donc pu concourir à la finale parisienne. Le domaine dénonçait les irrégularités dans la constitution des six membres du jury des Pécharmant. En effet, parmi les membres du jury se trouvaient deux vignerons et un œnologue-conseil de l’appellation.

Le bronze c’est pour les perdants

vin vins beaux-vins blog oenologie dégustation médaille concours général agricole

Avec le temps, les concours se sont rendu compte que la médaille de bronze était plus dévalorisante qu’autre chose. Les consommateurs préfèrent l’or, l’argent ou pas de médaille plutôt que le bronze. Certains concours ont tout simplement supprimé la médaille de bronze. Pour ne pas réduire le nombre de médailles décernées, il a fallu trouver une parade. Ils ont donc inventé une catégorie plus élevée que l’or. Une sorte de « super » catégorie qui prend selon les concours différentes dénominations : grande médaille d’or ou prix d’excellence. Ainsi, par un habillement glissement de catégorie, on garde trois niveaux de hiérarchie dont le dernier niveau reste valorisant pour le consommateur.

Un vin médaillé est-il meilleur ?

Certains vignerons ont bien compris l’intérêt de ces petits macarons : ils font vendre 20 à 25 % de plus. Et surtout dans la grande distribution où l’offre est pléthorique et où le consommateur est souvent un peu perdu. D’ailleurs, vous pouvez le tester vous-même : allez choisir votre vin chez des cavistes, vous vous apercevrez rapidement que peu de vins médaillés sont proposés.

Pour vérifier si un vin médaillé est meilleur qu’un vin non médaillé durant le concours général agricole, « 60 millions de consommateurs » a fait déguster à l’aveugle par un jury d’experts : 16 rieslings et 14 Saumur-Champigny médaillés lors de l’édition 2015 avec des non médaillés de même millésime (2014). Les résultats sont mitigés : les vins médaillés dans les deux catégories n’ont pas été jugés meilleurs que les vins non estampillés. Mieux encore, 2 rieslings médaille d’or se retrouvent même aux dernières places.

Jean-Nicolas Mouretin

À lire aussi :

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions sur votre expérience en commentaire. Vous pouvez aussi suivre votre blog sur le vin avec Instagram.