Il y a quelques temps, nous entendions parler très régulièrement des rachats de domaine viticoles bordelais par des investisseurs chinois. En 2018, les châteaux sous pavillon chinois représentaient 3 % des surfaces viticoles bordelaises. Aujourd’hui, nous entendons surtout parler de la montée en puissance du vignoble chinois. Vont-ils bientôt rivaliser avec le vin français ?

Blog vin Beaux-Vins oenologie dégustation chine

Histoire du vin chinois

Pour bon nombre d’amateurs de vin, le vignoble en Chine est une création très récente. En effet, nous en entendons principalement parler depuis le début des années 2000 en Europe grâce aux médias.

Cependant, il serait faux de penser que le vignoble chinois soit si jeune. En réalité, la vigne fut introduite par un explorateur revenant d’Europe en Chine au IIe siècle avant J.-C., sous la dynastie Han. Au cours des premiers siècles après leur introduction, les vignobles chinois produiront essentiellement du raisin de table et du raisin sec. Le vin commencera à être plus connu en 640, sous la dynastie Tang. De l’actuel Xinjiang fut importé un nouveau cépage et des techniques de vinification utilisant les levures naturelles du raisin. Ces vignes trouveront leur terroir dans le région de Taiyuan. Le vin resta discret jusque dans les années 90 avec l’ouverture  économique du pays.

Le véritable virage eut lieu en 1996. Pendant un banquet, le Premier Ministre Li Peng célébra l’adoption du cinquième plan quinquennal avec un verre de vin rouge. Il expliqua alors que la consommation de vin « est bénéfique pour la santé, ne gâche pas les céréales et est bon pour l’éthique sociale ». Il condamne la consommation à outrance de baijiu et en quelques années, le vin devient le cadeau d’affaires par excellence.

La consommation de vin en Chine

Blog vin Beaux-Vins oenologie vin dégustation consommation vignoble chine

Depuis plus de dix ans, la Chine rattrape à grandes gorgées son retard de consommation de vin, ainsi que de sa connaissance en œnologie et en viticulture. Aujourd’hui, 5ème pays consommateur de vins, les prévisions indiquent que le pays devrait devenir second consommateur mondial en 2021.

Selon une étude réalisée en 2013 par Wine Intelligence, le consommateur-type de vins importés est un homme âgé entre 30 et 39 ans résidant à Shanghai. Il appartient à la classe moyenne à supérieure et gagne plus de 2’000€. Il aime découvrir, essayer de nouveaux vins et consomme surtout du vin rouge pour ses bienfaits sur la santé. Les jeunes générations ont une consommation différente de leurs parents. Hier, les hommes fortunés buvaient du vin rouge – surtout des Bordeaux et de grands noms bien qu’ils n’aiment pas – motivés par la reconnaissance sociale qu’ils y trouvaient. Aujourd’hui, plus féminines, plus éclairées, les jeunes générations se tournent plus volontiers sur des vins doux et fruités et ne sont pas prêtes à payer le prix fort. La reconnaissance sociale passe désormais davantage par la connaissance de l’œnologie que par la capacité à déboucher une bouteille de Romanée-Conti – pour parfois y mettre du Coca-Cola dedans… – !

Ces nouveaux consommateurs contribuent à l’amélioration de la qualité des vins produits en Chine. L’enjeu désormais pour le vignoble local est de porter ce vin aux consommateurs locaux. Entre mauvaise image et concurrence étrangère, le vignoble chinois a encore du travail pour être reconnu…

Caractéristique du vignoble en Chine et des vins

Avec plus de 85’000 hectares, le vignoble chinois est le deuxième plus grand au monde. Cependant, la superficie réservée à la production de vin n’excède pas celui du Bordelais avec une production équivalente à celle de l’Australie. Si le vignoble s’est étendu aussi rapidement, c’est que les gouvernements locaux ont bien compris l’intérêt de ces terres viticoles. Mise à disposition gratuite de terres, construction de réservoirs, infrastructures routières et électriques, subventions… Le soutien est radical ! Désormais, aux côtés des grands groupes français comme LVMH et Pernod Ricard et des investisseurs chinois, de plus petites structures viticoles se développent. Ces exploitations possèdent leurs propres vignobles et contrôlent la qualité du raisin produit. Ils ne sont plus obligés d’acheter du raisin auprès de paysans préoccupés par le volume.

Les principales régions vitivinicoles en Chine

 

Blog vin Beaux-Vins oenologie dégustation carte vignoble chine

Le relief et la grande diversité de terroirs – climats, terres, reliefs – permettent à la Chine une grande diversification de la production du vin.

Province du Xinjiang

Le Xinjiang a développé une superficie de plus de 100 000 hectares de vignes.

Le Turfan

La région du Turfan se situe dans la province du Xinjiang et possède la particularité d’être le point le plus bas du globe après la mer morte. Avec son climat continental sec, les températures moyennes vont de -11 à 27°C. Les principaux cépages présents sont le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Cabernet Franc, le Grenache et la Syrah. Le moût des raisins possède une haute contenance en sucre.

Lire aussi -  Vin : les drones pourraient sauver la viticulture et les vignes

Le Shihezi

La région de Shihezi, plus au nord, est une région particulièrement bien adaptée à la culture de la vigne. On y trouve de nombreux coteaux et des sols d’alluvions* à forte concentration de limon**. Malgré un déficit de pluviométrie, la région est traversée par le fleuve de Manas apportant de l’humidité. Nous retrouvons dans cette région comme cépages principaux le raisin blanc chinois, le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Chardonnay et le Pinot Noir.

* Les alluvions sont un dépôt de sédiments d’un cours d’eau

** le limon est une terre fine et fertile que les eaux déposent au fond et sur les rives des fleuves

Province du Gansu

Le Wuwei

Wuwei, qui se situe à l’ouest de la Chine en amont du fleuve Jaune, possède un climat continental aride, la région est sèche avec peu de pluie, avec de grands écarts de températures entre l’été et l’hiver. Le sol est pauvre, bien adapté aux cépages tels que le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Cabernet Franc, le Grenache et la Syrah.

Province du Ningxia

Le Helan

Située en altitude, près du désert de Gobi, cette région viticole possède un climat continental aride avec une température chaude, un fort ensoleillement et peu de précipitations. Toutes les conditions sont réunies pour la maturation du raisin : nuits fraîches, journées ensoleillées et chaudes sans excès. Les cépages présents sont le Cabernet Gernischt, le Riesling et le Chardonnay.

Province du Shaanxi

Les provinces du Shaanxi se situent dans le nord-est de la Chine, avec un climat continental. On y distingue bien les quatre saisons, avec un sol alluvial, sableux et assez fertile, les régions produisent des vins de qualité. On retrouve beaucoup de Riesling italien.

Province du Hebei

La région de Huaizhuo se situe dans les coteaux de la province du Hebei et bénéficie d’un climat doux et ensoleillé permanent et sec avec des pluies légères, ainsi qu’un sol sableux-graveleux. Cette région est idéale pour les cépages comme le raisin blanc chinois. Elle a connu un succès dans les années récentes pour le développement de nouveaux cépages comme le Cabernet, le Sauvignon et le Merlot. La ville de HuaiLai a produit la première bouteille de vin blanc sec en Chine. Aujourd’hui, cette région est devenue une des meilleures régions vitivinicoles en Chine.

Le Shandong

Baie de Bohai

Bohau est le nom de la mer bordée par cette vaste zone viticole. Cette région produit près des 2/3 du vin chinois. Proche du littoral, le climat est stable en dehors de la période des moussons. Elle s’étend sur 20’000 hectares avec de nombreux cépages : Chardonnay, Riesling italien, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Cabernet Gernischt, Merlot, Carignan, Ugni Blanc… Trois sous-régions existent, Tianjin, Changli, qui produit de bons vins rouges, et Yantai.

La région de Tonghua

Cette région se situe dans la province du Jilin, est une ville au nord-est de la Chine proche de la Corée du Nord. Elle détient le record de la région viticole la plus froide du monde, avec une température hivernale pouvant descendre jusqu’à – 40 °C. Le cépage principal est le Vamurensis, qui supporte bien le froid.

Conclusion

La Chine a exporté en 2013 1,9 million de litres de vin pour une valeur de 38,56 millions de dollars. Les quantités exportées ont diminué, mais la valeur du litre de vin a augmenté. On peut aisément en déduire que le vin gagne en qualité. Bien que quelques entreprises déclarent vouloir bâtir une marque internationale, la production de la Chine représente encore 80% de la consommation nationale et les vins se cherchent encore une place sur leur territoire. Ce n’est donc pas demain la veille que nous verrons dans nos linéaires des vins chinois… cependant, la compétition va s’intensifier en Chine et les vins français risquent d’avoir plus de mal à s’y exporter !

Jean-Nicolas Mouretin

 

À lire aussi :

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions sur votre expérience en commentaire. Vous pouvez aussi suivre votre blog sur le vin avec Instagram.